Accueil / Tous les mots du dictionnaire / chien, chienne
chien, chienne [ʃjɛ̃, ʃjɛn] n.
 I N. m. chien.  1 Mammifère carnivore domestique, étroitement apparenté au loup et très largement répandu comme animal de compagnie, qui est reconnu pour la finesse de son odorat et de son ouïe, ainsi que pour son attachement à l'homme, et dont on a développé de nombreuses races, d'aspect très variable et utilisées à diverses fins (appelé aussi chien domestique); spécialt (par oppos. à chienne) chien mâle. [Canis (lupus) familiaris; famille des canidés.]  fam. cabot, pitou, toutou.  briquet, cerbère, chien-loup, corniaud, dogue, limier, mâtin, molosse, roquet.  cynophile; canin. [femelle : chienne; petit : chiot; type : airedale-terrier, barbet, basset, beagle, berger, bichon, bouledogue, bouvier, boxer, braque, bulldog, bull-terrier, caniche, chihuahua, chow-chow, cocker, colley, dalmatien, danois, dingo, doberman, dogue, épagneul, fox-terrier, golden retriever, griffon, husky, labernois, labrador, lhassa apso, lévrier, loulou, malamute, mastiff, mâtin, pékinois, pitbull, pointer, retriever, rottweiler, saint-bernard, samoyède, schnauzer, scottish-terrier, setter, teckel, terre-neuve, terrier, yorkshire-terrier; cri : aboyer, hurler, japper.] Crocs, truffe, museau du chien. Chien bâtard, de race. Chien docile, bien dressé. Chien féroce, méchant. Chien errant, perdu. Chien enragé. Chien sauvage, retourné à l'état sauvage. Meute de chiens. Chien attaché, en laisse. Flatter, promener son chien. Museler son chien. Collier, médaille de chien. Niche du chien. Le chien est le meilleur ami de l'homme. Meneur de chiens. « je veille sur vous, et comme un chien fidèle, je suis toujours là au moment du danger » (A. Bessette, 1914).  chien esquimau : nom donné à diverses races canines originaires de l'Arctique (Amérique du Nord, Groenland et Sibérie orientale), chien robuste et à pelage très fourni, qui ressemble au loup et que l'on utilise traditionnellement comme chien de traîneau. REM. Chien esquimau peut aussi désigner plus spécialement les races de ce type qui sont originaires du Canada et du Groenland.  esquimau.  chien nordique. [type : husky, malamute.] Attelage de chiens esquimaux. « certaines races sont parfaitement bien adaptées à notre climat polaire : ces chiens esquimaux, par exemple, qui depuis des siècles tirent sans rechigner le traîneau sur la banquise » (La Presse, 1994).  chien nordique : chien esquimau ou autre chien de traîneau originaire des régions nordiques d’Eurasie. Course de chiens nordiques. « on utilisera surtout [pour les attelages] de robustes chiens nordiques du genre husky sibérien, malamute d'Alaska, samoyède [...] Des races solides donc, endurantes et qui disposent, en outre, d'une protection naturelle contre la neige, le vent et le froid » (La Presse, 2004).  Q/C fam. ou par plais. chien(-)saucisse (de l’anglais sausage dog). Autre nom donné aux chiens de type basset, et notamment au teckel.  bassetteckel. Des chiens-saucisses.  (selon la fonction attribuée)  chien berger, de berger, souvent de grande taille, traditionnellement dressé pour la garde des troupeaux (appelé aussi chien de troupeau).  berger, bouvier.  chien d'assistance, dressé pour assister les personnes vivant avec une incapacité physique.  chien(-)guide. Chien dressé pour assister les personnes atteintes de cécité (appelé aussi chien d'aveugle). « Les chiens-guides [...] suscitent la plus totale confiance de la part de leurs maîtres non voyants » (Le Soleil, 2002).  chien de chasse, traditionnellement dressé pour assister le chasseur, débusquer le gibier ou le rapporter.  chien couchant, dressé à s'arrêter et à se coucher devant le gibier.  chien courant, dressé à débusquer, à poursuivre le gibier en aboyant.  chien d'arrêt, dressé à s'arrêter devant le gibier.  chien rapporteur, dressé à récupérer le gibier abattu.  retriever.  chien de compagnie, d’agrément, que l’on élève essentiellement par plaisir, pour avoir de la compagnie.  chien de garde, souvent d'aspect redoutable, dont la fonction est de surveiller la maison, la propriété.  chien de trait, d’attelage, utilisé pour tirer des charges, des voitures (à roues ou à patins).  chien de traîneau, généralement de type husky ou voisin, que l'on utilise pour la traction des traîneaux.  chien policier, souvent de type berger allemand, dressé pour assister la police.  chien renifleur, à l'odorat très développé, dressé notamment pour la détection de drogues ou d'autres produits illicites ou dangereux.  chien pisteur, dressé pour retrouver, entre autres, des personnes disparues ou en fuite. « Les policiers de Gatineau ont eu recours à un chien pisteur afin de mettre la main au collet d'un individu qui s'était réfugié dans un boisé » (Le Droit, 2006).  2 par ext. Nom donné à divers animaux sauvages de taille moyenne apparentés au chien domestique.  chien sauvage d’Afrique : autre nom du lycaon.  lycaon.  3 par anal.  chien de prairie : rongeur des prairies d'Amérique du Nord, voisin de la marmotte mais plus petit, à pelage fauve et généralement très grégaire, dont le cri rappelle un jappement. [Genre Cynomys; famille des sciuridés.] « les chiens de prairie qui se tiennent à la verticale tout près de leur terrier » (Le Soleil, 2001).  chien de mer : nom de divers petits requins comestibles tels que l’aiguillat et la roussette.  4 (expressions)  Arriver comme un chien dans un jeu de quilles, mal à propos, à un moment inopportun.  Recevoir qqn comme un chien dans un jeu de quilles, lui faire un mauvais accueil. « Mal reçu par le père, c'est peu dire. Comme un chien dans un jeu de quilles? » (N. Audet, 1980).  fam. Garder à qqn un chien de sa chienne, lui garder rancune, nourrir un désir de vengeance à son endroit.  S'entendre, vivre, être comme chien et chat : se dit de deux personnes qui ont de la difficulté à s'entendre, à se supporter, qui se disputent continuellement.  Q/C péj. Suivre qqn comme un chien de poche, le suivre continuellement, être constamment sur ses talons.  Q/C péj. Chien de poche : personne qui suit, qui aime suivre qqn de très près dans ses déplacements, ses activités.  Se regarder en chiens de faïence.  fam. Être malade comme un chien, très malade; spécialt souffrir de vomissements provoqués notamment par l’ingurgitation d’aliments ou d’alcool. « Nathan se servit du whisky, grimaça en avalant la première gorgée, reposa le verre en se demandant si l'alcool n'était pas plus frelaté qu'on ne lui avait dit. Il n'avait pas envie d'être malade comme un chien » (Ch. Brouillet, 2002).  Traiter qqn comme un chien, parler à qqn comme à un chien, rudement, avec mépris.  Un air, des yeux de chien battu, piteux, manifestant une certaine tristesse.  Rubrique, chronique des chiens écrasés ou ellipt les chiens écrasés : faits divers, dans un journal, auxquels on accorde peu d’importance.  littér. Entre chien et loup : au crépuscule.  à la brunante. « C'était au mois d'août, à la tombée du jour, quand la lumière est incertaine et que les ombres se mettent à prendre le dessus, à l'heure "entre chien et loup", comme disait tout un chacun et je ne comprenais pas pourquoi » (M. Gagnon, 1995).  Q/C fam. Son chien est mort : il ou elle n'a (plus) aucune chance. « Il voudrait sortir avec toi, ça crève les yeux. – Eh bien! ma chère, son chien est mort depuis toujours » (Gr. Gélinas, 1950).  Avoir du chien, de la prestance, du charme, surtout en parlant d’une femme.  Q/C fam. Avoir du chien (dans le corps) : faire preuve de détermination, être énergique.  fam. Avoir, éprouver un mal de chien (à faire qqch.), de grandes difficultés.  fam. Se donner un mal de chien, beaucoup de mal, de peine.  fam. Un caractère de chien : un mauvais caractère.  fam. D'une humeur de chien : irritable, de mauvaise humeur.  fam. Une vie de chien, pénible, malheureuse, difficile.  difficilepénible.  fam. Un temps de chien ou un temps à ne pas mettre un chien dehors : un très mauvais temps.  Une odeur de chien mouillé, plus ou moins forte et désagréable, rappelant celle de l’animal.  péj., adjt Être chien, chienne (avec qqn) : faire preuve de méchanceté ou d’une sévérité jugée excessive.  Q/C fam. En chien : très, terriblement, excessivement.  en diable.  excessivementterriblementtrès. C’est dur en chien!  Nom d'un chien! : juron qui exprime notamment la surprise, l’étonnement.  (avant le nom) fam. Chien, chienne de : dont on se plaint avec amertume du caractère pénible, misérable.  maudit. « S'est-il assez tu dans sa chienne de vie? A-t-il assez courbé le dos? » (J.-P. Desbiens, 1960). (emploi exclamatif) Chienne de vie!  prov. Chien qui aboie ne mord pas : celui qui crie beaucoup n'est pas le plus à craindre.  prov. Les chiens aboient, la caravane passe : la malveillance d'autrui ne constitue pas un obstacle qui pourrait faire dévier d'un chemin dont on est sûr.  prov. Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage : on trouve toujours un prétexte quand on est décidé à se débarrasser de qqn ou de qqch.  prov. Un chien regarde bien un évêque : nul ne doit s’irriter d’être regardé.  5 Q/C (parfois par plais.) chien(-)chaud (de l’anglais hot dog). Sandwich constitué d'une saucisse chaude garnie de condiments, servie dans un petit pain allongé et fendu, grillé ou cuit à la vapeur.  hot dog. Des chiens chauds ou des chiens-chauds. « C'est un puriste : pour lui, le français c'est comme un opéra dans lequel il ne peut souffrir de fausses notes. [...] C'est pourquoi il voulait que j'installe une enseigne qui se lise : Au roi du chien chaud » (J. Godbout, 1967).  6 Pièce d'une arme à feu qui permet d'armer, de guider le percuteur. Le chien d'un fusil, d'un pistolet.  fig. Dormir, être couché en chien de fusil, sur le côté, les genoux pliés.  7 Au jeu de tarot, talon formé des trois ou six cartes mises de côté au cours de la distribution.
 II N. f. chienne.  1 Chien femelle.  lice.  2 Q/C (expressions)  fam. S'habiller, être habillé comme la chienne à Jacques ou avoir l'air de la chienne à Jacques : être drôlement accoutré, être mal habillé, avec mauvais goût. « Elle s'habillait comme la chienne à Jacques, avec des jeans jamais portés d'un modèle abandonné depuis quinze ans » (Ch. Mistral, 1988).  fam. Avoir la chienne : avoir peur. Donner la chienne : faire peur. « Ce que tu pourrais voir, à défaut de comprendre, te donnerait la chienne de ta vie » (H. Monette, 1995).  vulg. Enfant de chienne : terme d’injure.  3 Q/C fam. Vêtement de travail (combinaison ou blouse), généralement fait de tissu épais.  bleu, sarrau. « sa chevelure ondulée, d’un noir de jais, encadrant un visage de porcelaine qui émerge d’une chienne de garagiste maculée de peinture » (Le Devoir, 1998).
in TLF
ÉTYMOLOGIEEntre 1195 et 1200 (in TLFi); vers 1100, chen (in TLFi); du latin canis.
ORTHOGRAPHE
  nom
chien
  singulier pluriel
masculin
chien
chiens
féminin
chienne
chiennes
orthographe
MEES - 1re
étymologie
Synonymes
Afficher plus de synonymes
Mots apparentés
Afficher plus de mots apparentés
Sous-entrées
Afficher plus de sous-entrées
Voisinage
accès directs
Citer
Ce contenu
Usito
Partager

Le lien suivant a été copié dans le presse-papiers :

url
MEES - #liste#
Ministère de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur
#listeNomComplet#

Ce mot fait partie de la liste orthographique du primaire (#listeNomComplet#) du ministère de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur (MEES) du Québec, élaborée en collaboration avec le Centre d’analyse et de traitement informatique du français québécois (CATIFQ) de l’Université de Sherbrooke.

Afficher tous les mots de cette liste

En savoir davantage sur la liste orthographique

Utiliser l'outil dynamique de recherche du MEES

Détails du synonyme

vedette a pour antonyme/synonyme mot apparenté

au sens de :

Historique
Suggestions :
  • ...
38 résultats trouvés