Accueil / Articles thématiques / La féminisation au Québec

La féminisation au Québec

Noëlle Guilloton

Terminologue agréée


Montréal

Pierrette Vachon-L’Heureux

Linguiste


Québec


Parmi toutes les aires de la francophonie, c’est d’abord et surtout au Québec que les appellations de personne au féminin ont connu leur essor. Ce développement linguistique original – lexical et grammatical à la fois – a une origine sociale : la présence grandissante des femmes dans le monde du travail et à des fonctions jusque-là réservées, dans les faits du moins, aux hommes. L’égalité professionnelle commandait de les nommer explicitement dans leur nouvelle activité, ce que les ressources de la langue permettent tout à fait. Puis, du domaine morpholexical, on est passé à la dimension phraséologique et discursive : après avoir proposé des féminins, on s’est penché sur leur intégration dans les textes. Voilà un exemple éloquent d’évolution rapide des usages linguistiques.

L’affirmation des femmes

C’est vers la fin des années 1970 que, sous l’effet du féminisme agissant, des organismes publics, des associations et des milieux de travail divers expriment le besoin de disposer d’appellations au féminin pour désigner toutes les professions et les femmes qui les occupent. Le principe selon lequel, de façon générale, le genre grammatical est fonction du sexe dans les désignations des êtres animés – et des humains en particulier – devait s’appliquer.

Répondant à cette demande collective, l’Office de la langue française d'alors recommande, dès 1979, l’utilisation des formes féminines des appellations d’emploi « dans tous les cas possibles ». Des administrations, des universités ainsi que de grandes entreprises emboîtent le pas et publient les listes de leurs appellations d’emploi et de fonction au masculin et au féminin, suivant en cela les recommandations linguistiques officielles et se basant sur les études et les travaux de l’Office de la langue française.

La Classification nationale des professions (CNP 2011) répertorie plus de 40 000 appellations d’emploi qui, toutes, ont une forme masculine et une forme féminine.

La formation des féminins

La plupart des féminins de noms de métier et de fonction sont réguliers, même s’ils ne sont pas encore tous attestés dans les dictionnaires. Ils suivent donc les règles habituelles de formation du féminin : quand ils ne sont pas épicènes (même forme au masculin et au féminin : un ou une enfant, un ou une élève, un ou une architecte), addition d’un e (un client, une cliente) avec, le cas échéant, redoublement de la consonne finale du masculin (un technicien, une technicienne), ajout d’un accent (un huissier, une huissière) ou encore addition ou modification de suffixe (un maire, une mairesse; un ambassadeur, une ambassadrice), notamment. Nombre d’entre eux ont été en usage jusqu’au 16e siècle, mais avaient pour ainsi dire disparu par la suite – « petits métiers » exceptés – sous l’effet de changements sociaux. Le public contemporain, à de rares exceptions près, a fait bon accueil à ces « nouvelles » formes, même à celles qui désignent des fonctions prestigieuses, et les emploie volontiers, suivant en cela l’exemple des médias et des services publics. Ainsi, la juge, la députée, la sénatrice, voire la gouverneure générale, ne font plus guère sourciller.

Les rares appellations qui suscitent une certaine réticence sont quelques-unes qui se terminent en -euse à cause de la péjoration souvent attachée à cette terminaison jugée peu euphonique. C’est pourquoi on voit se répandre la finale en -eure (une auteure, une docteure, une ingénieure), propre aux noms qui viennent d’un superlatif latin (une supérieure, une prieure), avec certains abus toutefois (produisant des doubles emplois comme une *directeure, une *chercheure, une *recteure) dus au désir de pratiquer une féminisation la plus discrète et la moins audible possible. Quant aux féminins en -esse (suffixe qui a déjà été très productif), ils sont considérés comme vieillis. Ainsi, on a souvent accordé la préférence à une forme épicène (une poète plutôt que une poétesse), bien que une mairesse l’ait généralement emporté sur une maire, sans doute pour des raisons d’homophonie). La dévalorisation est un facteur qui a pu jouer à l’encontre de certains féminins (une entraîneuse [ou entraineuse], une chauffeuse, une soudeuse, une arpenteuse); c’est surtout un indice du jugement social porté sur certaines activités « féminines » et sur le fait que les noms au féminin désignent aussi des objets, des machines ou des animaux, ce qui est ressenti plus fortement que lorsqu’il s’agit de noms masculins. On a aussi invoqué le fait que le féminin désignait « la femme de » (la consule, femme du consul, la pharmacienne, femme du pharmacien), mais ces considérations sont complètement dépassées. Peu nombreux sont les cas gênants qui subsistent et qui justifient des exceptions (une médecin). Quoi qu’il en soit, on a pu constater que la nature des empêchements à la féminisation des appellations de personne n’était pas linguistique, mais plutôt psychosociale.

De plus en plus largement répertoriés désormais dans les ouvrages usuels – le présent dictionnaire en témoigne – les féminins des noms de profession sont aussi à la disposition du grand public dans des répertoires spécialisés, imprimés et électroniques, notamment dans les publications de l’Office québécois de la langue française.

L’harmonisation dans la francophonie

Si le Québec a été le chef de file en matière de féminisation, la Belgique, la Suisse et la France se sont mises au diapason et ont publié leurs propres répertoires d’appellations au féminin dans les années 1990. Quelques divergences sont notées dans certains cas (une auteur/une auteure/une autrice; une procureur/une procureure/une procureuse, etc.), mais le principe de désigner une femme par un nom de profession au féminin semble maintenant admis et de plus en plus suivi. En outre, le sujet continue à intéresser les organismes linguistiques officiels de la francophonie.

Vers une expression épicène

Nouvelle étape de la féminisation linguistique, l’intégration rédactionnelle des appellations au féminin ou, de façon plus générale, la représentation des femmes dans les textes – question qui, au Québec du moins, découle évidemment de l’emploi généralisé de ces appellations – fait l’objet de réflexions et de travaux qui se concrétisent dans des guides de rédaction. La note liminaire indiquant que le masculin vaut pour les deux genres n’étant pas satisfaisante, pas plus que l’emploi de formes hybrides et tronquées avec virgules, traits d’union ou barres obliques (*commerçant, te; *électeurs-trices; *technicien/ne), il est conseillé d’adopter ce qu’on nomme désormais la rédaction épicène. Cette pratique fait appel à un usage judicieux et modéré des doublets (les électeurs et [les]électrices, la présidente ou le président) ainsi qu’à une variété de procédés de rédaction, dont l’emploi de diverses structures syntaxiques et de formulations neutres. La grammaticalité et l’intelligibilité sont ainsi assurées, et la clarté, la cohérence ainsi que la précision demeurent les qualités textuelles indispensables.

accès directs
Citer
Ce contenu
Usito
Partager

Le lien suivant a été copié dans le presse-papiers :

url
MEES - #liste#
Ministère de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur
#listeNomComplet#

Ce mot fait partie de la liste orthographique du primaire (#listeNomComplet#) du ministère de l’Éducation et de l'Enseignement supérieur (MEES) du Québec, élaborée en collaboration avec le Centre d’analyse et de traitement informatique du français québécois (CATIFQ) de l’Université de Sherbrooke.

Afficher tous les mots de cette liste

En savoir davantage sur la liste orthographique

Utiliser l'outil dynamique de recherche du MEES

Détails du synonyme

vedette a pour antonyme/synonyme mot apparenté

au sens de :

Historique
Suggestions :
  • ...
38 résultats trouvés